L’holacratie pourrait elle un jour mettre en péril la fonction de manager?


Temps de lecture: 3 minutes

L’holacratie pourrait elle un jour mettre en péril la fonction de manager?

Qui n’a jamais rêvé de travailler dans une entreprise où tout le monde était au même niveau, où la hiérarchie s’effaçait au profit des talents et des capacités de chacun ?

Une nouvelle approche de management apparaît depuis quelques années – évidemment née aux Etats-Unis pour changer – avec l’holacratie.

Est-ce que cette nouvelle façon de gouverner peut-elle mettre en péril la fonction de manager ?

Et qu’entend-on exactement par holacratie ?

Le principe de l’holacratie

L’holacratie, c’est pouvoir supprimer les positions du pouvoir ainsi que la bureaucratie, c’est apporter plus de souplesse à l’entreprise. Approche assez démocratique sur le papier, elle permet de redistribuer les rôles au sein d’une entreprise en fonction des compétences et non plus de l’ancienneté, ni de l’ambition ou encore du piston.

Cette nouvelle méthode d’organisation et de coopération réinvente le management comme nous le connaissons aujourd’hui car la structure et le processus de transformation vont intégrer la sagesse collective de tous les collaborateurs.

Néanmoins, l’holacratie modifie la structure de pouvoir dans l’organisation car le leadership n’appartient plus à une ou une minorité de personnes.

Les conséquences immédiates seraient une plus grande souplesse, une transparence, une innovation et une nouvelle responsabilité pour tous les collaborateurs.

Holacratie et management

L’holacratie vient reposer sur un principe simple et fait rêver beaucoup d’employés car le pouvoir semble appartenir à tout le monde et non plus à une poignée de chefs.

Concrètement, le système pyramidal tel que nous le connaissons depuis toujours vole en éclats et est remplacé par un système de cercles qui coexistent entre eux.

Pour qu’un tel système apparaisse et soit viable, il faut que les chefs et les managers soient supprimés, que chaque employé se voit attribué un nouveau rôle et une mission, que chaque prise de décision soit effectuée depuis une réunion en cercle afin que chacun s’exprime.

En ce qui concerne le management, l’holacratie apporte plus d’agilité : c’est une technique de management souple qui répartit plus équitablement les responsabilités et favorise l’autonomie, tout en créant une réelle conscience de l’entreprise dans l’esprit de chacun.

Chaque manager comprend mieux son rôle et sa fonction au sein de l’entreprise, il est plus investi et tire donc plus de satisfaction dans son travail.

Mais cette méthode va se confronter à un mastodonte de taille, à savoir le système de hiérarchie traditionnelle pyramidal. Les anciennes habitudes ont la peau dure et la plupart des salariés ont l’habitude d’avoir un patron au-dessus d’eux.

C’est pourquoi on estime que ce nouveau type de management et d’organisation du travail convient davantage aux petites entreprises, à des secteurs d’activité comme l’industrie et les services et à des entreprises concurrentielles.

L’holacratie réinvente totalement le management, elle ne le met pas en péril si l’ensemble de l’entreprise accepte de modifier ses mœurs et son système de fonctionnement.

Pour aller plus loin, voir notre article sur l’amélioration des compétences individuelles des managers pour accroître les performances de l’entreprise.

Leslie Tedgui
leslie.tedgui@moovone.fr

Chief Marketing Officer

À lire également


Commenter l’article


Il n'y a pas de commentaires

Poster un commentaire

Demandez une démo

Découvrez comment notre solution peut accompagner la transformation de votre entreprise



*obligatoire