Comment bien accompagner vos collaborateurs lors de leur prise de fonction ?


Temps de lecture: 8 minutes

Comment bien accompagner vos collaborateurs lors de leur prise de fonction ?

Accompagner les collaborateurs lors de leur prise de fonction n’est pas toujours chose aisée, c’est en fait un jeu d’équilibriste qui demande de l’expérience, une analyse aiguë de la situation et une bonne compréhension des enjeux. Pour faciliter l’intégration de vos collaborateurs, il est important de questionner le management développé au sein de votre entreprise.

Avoir un esprit sain dans un contexte sain

Il faut savoir que près de 6 DRH sur 10 estiment que l’accompagnement des collaborateurs sera la principale préoccupation dans les années à venir. Pourquoi ? Parce qu’il existe un lien étroit entre l’engagement des collaborateurs et la réussite de l’entreprise.

Pour développer l’engagement des collaborateurs, il est impératif que les employés bénéficient d’un cadre de travail agréable c’est-à-dire de conditions de travail propices à la création, favorisant le bien-être, la productivité et la motivation.

L’employeur pourrait mener une réflexion sur les espaces de travail collaboratifs : pourquoi ne pas utiliser les open-spaces de manière différente ? Pourquoi ne pas faire des espaces de co-working afin de rassembler les énergies des uns et des autres ?

Favoriser le bien-être des collaborateurs

C’est l’un des principaux objectifs du XXIème siècle, qui s’est renforcé avec notamment l’arrivée de la génération Y sur le marché de l’emploi. Cette génération, qui regroupe des personnes nées approximativement entre les années 1980 et 1990, représentera près des ¾ de la population active dans 10 ans. Selon les prévisions, ils travailleront pour 60% des cas dans des métiers qui n’existent pas encore aujourd’hui…

Cette génération de jeunes travailleurs est très motivée et s’intéresse beaucoup moins à l’aspect financier par rapport à leurs aînés. Néanmoins, il semblerait qu’ils aient besoin d’être responsabilisés et surtout de se sentir investis et intégrés au sein de l’entreprise dans laquelle ils travaillent.

Pour intégrer ces jeunes collaborateurs, il est préférable d’instaurer une communication managériale plus transparente et d’opter pour un management transversal car la génération Y souhaite être un acteur dans le développement économique et social de l’entreprise.

L’écoute et le dialogue sont des éléments indispensables pour faciliter la prise de fonction des nouveaux embauchés. Des groupes d’écoute et de réflexion, des ateliers de brainstorming ou des partages de bonnes pratiques peuvent être déployés au sein des équipes métiers ou de manière transversale avec les cadres dirigeants, les cadres et les employés.

De nombreuses entreprises ont fait du bien-être des collaborateurs l’une de leurs priorités, c’est le cas par exemple de JTI France qui a instauré des cours de Pilates et ING Bank qui a organisé des séances de sophrologie pour les collaborateurs.

Trouver l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle

Les entreprises se sont rendues compte que la vie personnelle avait un impact sur le bien-être et donc sur la performance des salariés. Les entreprises s’accordent sur le fait qu’il faut laisser du temps aux salariés pour qu’ils puissent s’investir et s’épanouir dans leur vie privée, et donc assurer un meilleur équilibre entre les deux sphères privées et professionnelles.

De nombreuses initiatives sont mises en oeuvre pour tenter d’assurer cet équilibre fragile comme l’instauration du télétravail ou des opérations du type « One thing » comme par exemple : terminer une heure plus tôt une ou deux fois dans la semaine, avoir un loisir artistique ou bien assister à des conférences de développement personnel. En démocratisant ces pratiques, l’entreprise participe au développement personnel et professionnel des collaborateurs.

Un réel investissement dans la formation

La formation est un élément clé à ne pas négliger. Cet investissement permettra au nouvel arrivant de répondre rapidement aux attendus du poste et de remplir ses missions en totale autonomie. Certes, la formation représente un coût en termes de temps et de moyens financiers mais cet investissement permet de se prémunir d’un échec en termes de recrutement.

Pour exemple, le groupe RATP investit chaque année près de 130 millions d’euros pour former ses collaborateurs soit environ 7% de leur masse salariale.[:en]Accompagner les collaborateurs lors de leur prise de fonction n’est pas toujours chose aisée, c’est en fait un jeu d’équilibriste qui demande de l’expérience, une analyse aigue de la situation et une bonne compréhension des enjeux. Pour faciliter l’intégration de vos collaborateurs, il est important de questionner le management développé au sein de votre entreprise.

Avoir un esprit sain dans un contexte sain

Il faut savoir que près de 6 DRH sur 10 estiment que l’accompagnement des collaborateurs sera la principale préoccupation dans les années à venir. Pourquoi ? Parce qu’il existe un lien étroit entre l’engagement des collaborateurs et la réussite de l’entreprise.

Pour développer l’engagement des collaborateurs, il est impératif que les employés bénéficient d’un cadre de travail agréable c’est-à-dire de conditions de travail propices à la création, favorisant le bien-être, la productivité et la motivation.

L’employeur pourrait mener une réflexion sur les espaces de travail collaboratifs : pourquoi ne pas utiliser les open-spaces de manière différente ? Pourquoi ne pas faire des espaces de co-working afin de rassembler les énergies des uns et des autres ?

Favoriser le bien-être des collaborateurs

C’est l’un des principaux objectifs du XXIème sièce, qui s’est renforcé avec notamment l’arrivée de la génération Y sur le marché de l’emploi. Cette génération, qui regroupe des personnes nées approximativement entre les années 1980 et 1990, représentera près des ¾ de la population active dans 10 ans. Selon les prévisions, ils travailleront pour 60% des cas dans des métiers qui n’existent pas encore aujourd’hui…

Cette génération de jeunes travailleurs est très motivée et s’intéresse beaucoup moins à l’aspect financier par rapport à leurs aînés. Néanmoins, il semblerait qu’ils aient besoin d’être responsabilisés et surtout de se sentir investis et intégrés au sein de l’entreprise dans laquelle ils travaillent.

Pour intégrer ces jeunes collaborateurs, il est préférable d’instaurer une communication managériale plus transparente et d’opter pour un management transversal car la génération Y souhaite être un acteur dans le développement économique et social de l’entreprise.

L’écoute et le dialogue sont des éléments indispensables pour faciliter la prise de fonction des nouveaux embauchés. Des groupes d’écoute et de réflexion, des ateliers de brainstorming ou des partages de bonnes pratiques peuvent être déployés au sein des équipes métiers ou de manière transversale avec les cadres dirigeants, les cadres et les employés.

De nombreuses entreprises ont fait du bien-être des collaborateurs l’une de leurs priorités, c’est le cas par exemple de JTI France qui a instauré des cours de Pilates et ING Bank qui a organisé des séances de sophrologie pour les collaborateurs.

Trouver l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle

Les entreprises se sont rendues compte que la vie personnelle avait un impact sur le bien-être et donc sur la performance des salariés. Les entreprises s’accordent sur le fait qu’il faut laisser du temps aux salariés pour qu’ils puissent s’investir et s’épanouir dans leur vie privée, et donc assurer un meilleur équilibre entre les deux sphères privées et professionnelles.

De nombreuses initiatives sont mises en oeuvre pour tenter d’assurer cet équilibre fragile comme l’instauration du télétravail ou des opérations du type « One thing » comme par exemple : terminer une heure plus tôt une ou deux fois dans la semaine, avoir un loisir artistique ou bien assister à des conférences de développement personnel. En démocratisant ces pratiques, l’entreprise participe au développement personnel et professionnel des collaborateurs.

Un réel investissement dans la formation

La formation est un élément clé à ne pas négliger. Cet investissement permettra au nouvel arrivant de répondre rapidement aux attendus du poste et de remplir ses missions en totale autonomie. Certes, la formation représente un coût en termes de temps et de moyens financiers mais cet investissement permet de se prémunir d’un échec en termes de recrutement.

Pour exemple, le groupe RATP investit chaque année près de 130 millions d’euros pour former ses collaborateurs soit environ 7% de leur masse salariale.

Leslie Tedgui
leslie.tedgui@moovone.fr

Chief Marketing Officer

À lire également


Commenter l’article


Il n'y a pas de commentaires

Poster un commentaire

Demandez une démo

Découvrez comment notre solution peut accompagner la transformation de votre entreprise



*obligatoire