Coaching opérationnel : une habitude pour demain ?


Temps de lecture: 4 minutes

Coaching opérationnel : une habitude pour demain ?

À l’heure du digital et de la nouvelle économie, l’entreprise évolue à toute allure. Le coaching s’adapte et prend une dimension opérationnelle pour répondre rapidement et de manière concrète aux problématiques rencontrées aussi bien par les dirigeants que par les non-cadres. Et si se faire coacher dans sa vie professionnelle devenait un réflexe ?

 Coaching opérationnel : le mariage réussi de la formation et du coaching

90 % des managers mesurent une progression notable sur les objectifs fixés. 98 %(1) des participants se disent satisfaits voire très satisfaits. 100 %(2) des DRH recommanderaient la méthode à leurs pairs ! Le coaching opérationnel fait l’unanimité et apparaît nettement comme le nouveau marqueur des ambitions de la formation en entreprise.

Ce résultat, on le doit au savant mariage du rapid-learning et du coaching. D’un côté, de la formation technique et théorique, de l’autre, un accompagnement pour développer et acquérir des compétences humaines. Depuis le début des années 2000, le top management profite de séances de coaching personnalisées et adaptées, avec à la clé de vraies réussites. En 2010, 70 % des cadres interrogés estimaient que le coaching avait largement dépassé leurs attentes(3).

Alors, pourquoi dix ans plus tard ne voit-on pas fleurir à tous les niveaux de l’entreprise des collaborateurs coachés au fil de leur carrière ? L’intemporel duo « Temps et Argent » freine les aspirations. Dix séances de deux heures facturées 10 000 euros entretiennent la frilosité. Gagner en performance serait-il un privilège dont l’entreprise pourrait se passer ? Être coaché serait-il un luxe réservé à une élite du management ? Assurément non, puisque le coaching opérationnel se révèle moins chronophage et moins cher (7h en moyenne coûtent entre 1 500 et 2 000 euros) qu’un coaching classique. Et il s’avère aussi accessible au plus grand nombre. On pense ainsi aux managers intermédiaires qui auraient moins besoin de longs discours rhétoriques que d’outils méthodologiques, comme des modules sur la communication, la gestion de projet ou encore la conduite du changement, pour agir au plus vite et concrètement sur le terrain.

 De la formation à distance pour performer sur le terrain

La puissance du digital contribue à cette diffusion quasi instantanée des bonnes pratiques. Désormais quel que soit le lieu ou l’heure, il est possible de s’entretenir avec un coach certifié pour avancer sur les thématiques qui posent problèmes, et ce, sans fioritures. C’est l’occasion, entre deux réunions, de prendre du recul sur la situation en exposant une relation conflictuelle avec un collaborateur, un dysfonctionnement dans la gestion de son emploi du temps ou une appréhension sur sa façon de déléguer les tâches. Et de rebondir sans attendre en réintégrant dans la foulée l’environnement professionnel.
Dans un contexte où les compétences humaines et comportementales tendent à devenir les qualités requises de demain, et où les experts en management laissent la place à des collaborateurs empreints de leadership, agiles, capables de s’adapter et d’apprendre rapidement tout en créant de l’adhésion, l’entreprise, elle, n’a d’autre choix que d’améliorer, si ce n’est de repenser, son organisation de plus en plus matricielle.

 Le changement, une chance pour l’entreprise

Certes, la multiplication des responsables de projets n’ayant plus de pilotage hiérarchique favorise la créativité et la convivialité. Mais la fin du pouvoir et du savoir uniques mettent à mal la prise de décision. Comment donner des consignes claires et cohérentes à ses équipes sans jouer au chef suprême ? Comment intégrer, développer et engager les parties prenantes ? Cette transformation ne peut s’opérer sans une évolution du management.

Le coaching opérationnel remplit au plus juste cette fonction, puisqu’il permet dans une démarche personnalisée – et très personnelle – de livrer lors de séances courtes (une heure) ses doutes et son expérience avec pour finalité une progression réelle ainsi qu’un gain de crédibilité et de légitimité. Le chemin du changement comporte peut-être des obstacles. Mais avez-vous mesuré les risques que l’entreprise prendrait à ne rien modifier ?

(1)    Enquête MoovOne sur un volume de 3 000 séances réalisées.

(2)    Sondage MoovOne réalisé auprès de 40 Direction des ressources humaines de grands comptes.

(3)    Enquête HEC Executive Education auprès de 400 cadres (sur demande).

Hugo Manoukian
hugo.manoukian@moovone.fr

Co-founder

À lire également


Commenter l’article


Il n'y a pas de commentaires

Poster un commentaire

Demandez une démo

Découvrez comment notre solution peut accompagner la transformation de votre entreprise



*obligatoire